La géopolitique pour les nuls, comprendre la relation sino-américaine au niveau planétaire

Après la Seconde Guerre mondiale, la structure de la concurrence géopolitique a changé. De nouvelles stratégies économiques ont créé des taux de croissance extraordinairement élevés qui ont permis aux pays de devenir rapidement des grandes puissances en se concentrant sur le développement économique.

Les nouvelles technologies militaires exceptionnellement destructrices ont rendu les stratégies géopolitiques traditionnelles, organisées autour de la puissance militaire et de l’expansion territoriale, très dangereuse et coûteuse. Dans ce qui suit, nous allons essayer de découvrir une bribe des relations entre les super puissances actuelles pour mieux se situer dans l’économie mondiale.

Des super puissances pas aussi puissantes que cela

Les principales puissances, le Japon, la Corée du Sud, l’Indonésie, les Etats-Unis et, éventuellement, la Chine, sont devenues celles qui ont le mieux exploité les nouvelles opportunités économiques. En conséquence, l’Asie a connu un demi-siècle de politique intérieure plus stable, de paix régionale malgré les bouleversements locaux et, peut-être, de l’amélioration des conditions de vie la plus extraordinaire de l’histoire de l’humanité.

Mais le nouveau siècle a entraîné un affaiblissement des stratégies économiques au Japon, aux Etats-Unis et en Chine et une aggravation correspondante des tensions géopolitiques traditionnelles. Plus récemment, le Japon s’est lancé dans l’un des plus grands paris économiques de l’histoire, la Chine tente de rajeunir la réforme économique au pays et la géo-économie à l’étranger, tandis que les Etats-Unis luttent pour relancer leur économie intérieure et poursuivre la libéralisation du commerce malgré l’immobilisation partielle par un Congrès polarisé. Pour en connaître davantage, le Dr Idriss Aberkane vous propose une formation en ligne axée sur ce sujet.

Des changements énormes au niveau des relations bilatérales

A certains niveaux, peu de choses ont changé dans les relations américano-chinoises, au cœur de la politique transpacifique. Depuis l’époque de Richard Nixon, la politique américaine est restée largement cohérente à travers les républicains et les démocrates de toutes sortes. Les Etats-Unis cherchent à accueillir la Chine dans le cadre institutionnel de l’après-Seconde Guerre mondiale, tout en se protégeant contre la possibilité que cet instigateur autrefois révolutionnaire prenne une tournure gênante.

De même, la Chine a rejoint les institutions qu’elle cherchait à renverser, a abandonné le prosélytisme révolutionnaire et a établi la plupart de ses frontières terrestres à la satisfaction de ses voisins. Son succès économique a accéléré la croissance des voisins, amélioré considérablement les perspectives des producteurs de matières premières les plus pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine et, malgré certaines plaintes valables, a amélioré la prospérité des Américains. Ces continuités témoignent d’un leadership avisé des deux côtés du Pacifique.

Les défis d’aujourd’hui ne semblent pas particulièrement redoutables par rapport à ceux du passé. Les problèmes d’eau territoriale d’aujourd’hui sont inquiétants mais moins dangereux que les crises précédentes à Taiwan. Les controverses sur la monnaie s’estompent. Pourtant, la méfiance sino-américaine ne cesse de s’aggraver, compliquée de plus en plus par la rhétorique nationaliste japonaise et l’escalade immodérée des conflits en Chine. Le danger grandit alors que le leadership dans divers pays ne soit pas à la hauteur de la maîtrise de ces problèmes.

 

Author: Aline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *