Baptême : la médaille, le cadeau par excellence ?

La tradition veut que, lors d’un baptême, le parrain ou la marraine de l’enfant baptisé lui offre une médaille. Le bijou peut être accompagné d’une chaîne et d’une gourmette et peut arborer un ou plusieurs motifs symboliques. Le choix des illustrations dépend de nombreuses caractéristiques. Cependant, que ce soit dans le cadre d’un sacrement religieux ou d’une célébration civile, le présent est porteur d’un message fort.

Dans cet article, nous nous sommes penchés sur l’histoire et la signification de la médaille en tant que cadeau de baptême.

Une tradition vieille de plusieurs siècles

La médaille a toujours été un bijou très symbolique. On la retrouve dans presque toutes les religions bien qu’elle puisse arborer des symboles différents, et ce, selon les croyances. En effet, si les catholiques préfèrent que la pièce représente le Christ, la Vierge ou autres, les musulmans ont l’habitude d’offrir une médaille avec la main de Fatima. Les Juifs de leur côté ont une grande préférence pour la main de David.

C’est surtout le christianisme qui a initié la tradition selon laquelle la médaille témoigne de la foi d’une personne. Le fait que cette dernière la porte signifie qu’elle a reçu un sacrement. Le bijou lui rappelle à tout instant l’importance de cet heureux évènement.

Tout a réellement commencé avec l’oblation. Cependant, l’Église s’est très vite aperçue que cette approche n’était pas très adéquate et qu’il fallait donc y renoncer. Néanmoins, même si l’oblation a été interdite, le port de la médaille est resté comme une sorte de bonne pratique religieuse. Le bijou, désormais offert en tant que cadeau de baptême, marquait l’adoption par l’enfant de sa nouvelle identité après qu’il ait reçu le sacrement.

Le concile de Trente a marqué un nouveau tournant dans l’histoire du fameux bijou. En effet, avec l’application du décret concernant l’utilisation et la vénération des reliques et des images sacrées. La dimension symbolique de la médaille a été renforcée.

Durant la moitié du XVIe siècle et pendant tout le règne de Louis XIV, le port de cette pièce s’est pratiquement inscrit dans la tradition chrétienne. C’est à partir de cette époque que le bijou est considéré comme synonyme de piété et de dévotion. Ainsi, il est devenu un cadeau quasiment incontournable lors d’un baptême.

Cadeau de baptême : la médaille dans tous ses états

Une médaille de baptême garçon ou fille devrait normalement avoir une face qui comporte un motif religieux (une illustration purement symbolique dans le cas d’un sacrement civil). Les représentations les plus courantes sont celles du Christ et celles de la Vierge. On retrouve également celle de l’ange ou encore celle du Saint sous la protection duquel on souhaite placer l’enfant baptisé.

Bien sûr, il appartient à la personne qui offre le présent de choisir le motif. Par principe, il devrait être en adéquation avec ses convictions personnelles ou avec le message qu’elle désire transmettre.

Si le bijou en lui-même est important, c’est surtout le fait qu’il symbolise le sacrement qui fait qu’il est particulièrement précieux. La coutume veut d’ailleurs qu’il soit béni par le célébrant au cours de la cérémonie.
La médaille est censée être portée en permanence. Son emplacement (près du cœur) n’est en aucun cas un hasard. Outre sa valeur symbolique, la pièce témoigne également de la profonde affection que la personne qui l’a offerte à envers le destinataire. Il constituera en quelque sorte un magnifique souvenir que le/la filleule aura l’occasion de découvrir et d’apprécier en grandissant.

L’autre face de la médaille est généralement gravée du prénom. Il y a également la date de naissance ou de baptême de l’enfant. Cette pratique sert à mieux personnaliser le bijou.

Author: Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.